Le cœur cousu de Carole Martinez

« Combien de temps ai-je rebroussé chemin, reprenant à l’envers le fil du temps, afin de retrouver les traces laissées par ma mère trente ans auparavant dans le sable de ce pays?[...]
  Je n’ai rien volé à ma nièce qu’une douleur promise. La boîte restera au désert, je ne la lui remettrai pas à Pâques comme le veut la tradition. Elle ne passera plus de main en main. Sa course s’arrête ici, à mes pieds, dans l’immensité absurde de cette étendue blanche. Ce cahier décousu où reposent les débris rêvés de nos existences, je le rends feuille à feuille au vent dont il est issu…
  Les pages s’envolent une à une …
  Je n’ai plus qu’à gaspiller la dernière des prières du troisième soir. Alors, se lèveront les morts pour la dernière fois avant de regagner le néant à tout jamais et le fil sera coupé

  Et maintenant, que, par ma prière surgisse la voix des mères:

  Mon nom est Frasquita Carasco. Mon âme est une aiguille. Tes feuilles lancées au désert, les voici réunies, reliées dans un livre que tu pourras refermer à jamais sur mon histoire.
  Soledad, ma fille, sens ce vent sur ton visage.
  C’est mon baiser.
  Celui que jamais je ne t’ai donné.
  »

   C’est ainsi que se termine ce premier roman de Carole Martinez, roman qui baigne dans une atmosphère de tradition, de superstition et de magie. Il raconte l’incroyable voyage d’une femme et de ses filles, liées par une boîte qu’elles se transmettent de mère en fille, de soeur en soeur, de tante en nièce, une boîte magique, qui contient pour chacune de ces femmes un pouvoir différent.

  Ce livre est un livre émouvant et fort à la fois, écrit de manière très poétique, mais qui malheureusement n’a pas bénéficié d’une grande publicité. Un roman vraiment magnifique qui a obtenu plusieurs prix, entre autres le prix renaudot des lycéens.

Publié dans : litterature |le 20 mars, 2008 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 1 avril, 2008 à 13:14 Aliénor écrit:

    En tout cas j’aime beaucoup le titre !

  2. le 13 novembre, 2008 à 14:59 sylvie écrit:

    J’ai adoré cette écriture. Ce livre produit un souffle chaud et coloré qui nous transporte loin. Il est pétri d’amour et d’humanité et en dit long sur le désir féminin.

  3. le 20 novembre, 2008 à 23:36 anatra écrit:

    Oui, c’est vraiment un livre magnifique, qui m’avait été prêté par une amie qui a pour voisine Carole Martinez. Maintenant j’ai acheté ce roman que je prête à mon tour à ma famille et à mes amis dans l’espoir qu’eux-mêmes l’achètent et le fassent circuler. Je crois que ce roman a vraiment été mon coup de coeur littéraire en 2008.

  4. le 23 novembre, 2008 à 19:19 Marie-Ange écrit:

    Bonjour petite soeur !!!

    Tu me le prétera ce livre !!!

    Bisous.

  5. le 25 janvier, 2009 à 16:00 Schlabaya écrit:

    Je viens de terminer ce roman, il est vraiment extraordinaire. Il tient du conte, du roman, du poème… Magnifique, très dense, émouvant.

Laisser un commentaire

Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Les terres arides de l'isol... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge
| CONCOURS LITTERAIRES 17