De retour après une longue absence

Voilà, pour faire plaisir à ma soeur, je reviens après une longue pause (plus de six mois). Et j’ai décidé, toujours pour lui faire plaisir de parler d’un écrivain qu’elle affectionne tout particulièrement et qu’elle m’a fait découvrir.

   Il s’agit de … (roulement de tambour)… Terry Pratchett

  Alors pour résumer son style en deux mots : de la fantasy burlesque. Le premier roman que j’ai lu de lui est La Vérité,  au début uniquement parce que je voulais savoir pourquoi ma soeur éclatait de rire toutes les trois pages lors du trajet qui nous menait mes parents, et donc ma soeur et moi, en Mayenne, chez notre tante. J’ai rapidement compris la raison de son hilarité quand j’ai moi-même commencé à lire ce roman lors du trajet qui nous menait mes parents et moi en Italie (eux en vacances, moi de retour chez moi à préparer mon déménagement à Chambéry).

  J’ai continué à lire Terry Pratchett et les aventures du Disque-Monde, cette année-là à Chambéry (quand on n’a pas la télévision, je vous garantis qu’on augmente rapidement sa moyenne de lecture) et j’ai découvert les personnages et les lieux récurrents de cet auteur : Ankh-Morpork dont Vétérini est le Patricien, l’université de l’Invisible, avec Rincevent, le Guet (des Orfèvres) avec Vimaire, Carotte, Angua, Hilare PetitCul, Détritus, Chicard Chique et les autres (le Guet étant un excellent exemple du respect de la parité des espèces, nains, trolls, loups-garous, humains…), la Mort (dont nous savons grâce à l’excellent traducteur Patrick Couton que c’est un personnage masculin et non féminin) avec sa faux, sa petite-fille Suzanne, Mémé Ciredutemps…

  Je continue encore à lire Terry Pratchett, même maintenant après la fin de ma parenthèse chambérienne, et le dernier que j’ai lu est Jeu de Nains, qui raconte une aventure du Guet, dans laquelle Vimaire va éviter une guerre entre nains et trolls, tout en sachant rester disponible tous les soirs à 18h pour son fils. Toujours excellent et je tiens encore une fois à rappeler le merveilleux travail du traducteur Patrick Couton qui sait toujours rendre les jeux de mots à la perfection.

  Vivement la prochaine traduction d’un roman de Terry Pratchett…

Publié dans : litterature |le 21 novembre, 2008 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 22 novembre, 2008 à 13:34 Enrichetta (sa soeur) écrit:

    Merci !

  2. le 25 novembre, 2008 à 12:03 Aliénor écrit:

    Je n’en avais jamais entendu parler !

Laisser un commentaire

Dolunay |
"Le Dernier Carré" |
Les terres arides de l'isol... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les amis d'Athéna
| La Rose Rouge
| CONCOURS LITTERAIRES 17